Notre charte a pour objet de définir les rôles et les engagements de chacun, afin que l’échange solidaire dans lequel vous vous engagez se déroule le plus sereinement et dans les meilleures conditions possibles.

Adhérer au projet de l’association DIGI implique le respect de cette charte. Chaque nouvel adhérent doit en prendre connaissance et confirmer par sa signature son acceptation et son souhait de participer au développement d’un nouveau type de relations sociales et citoyennes entre les générations.

QUELQUES RÉGLES A RESPECTER POUR UNE COHABITATION SEREINE :

Respecter l’intimité de chacun, ne pas pénétrer dans une pièce privée sans y avoir été invité, excepté en cas d’urgence ou de danger.

Présence 4 soirs du dimanche au jeudi et 2 week-end par mois en soirée

« Règle d’or » : prévenir obligatoirement en cas d’absence (week-end, congés …) et avertir systématiquement si rentrées plus tardives que prévues.

Interdiction d’emprunter de l’argent à la personne qui vous loge.

Replacer les objets et ustensiles de cuisine à leur place après utilisation.

Ne pas prendre ou utiliser les biens d’autrui (provisions, téléphone, etc) sans son accord.

Le jeune doit demander l’autorisation au préalable pour recevoir au coup par coup un(e) ami(e).

Article 1 :

Chaque membre de l’Association s’engage à établir des relations basées sur le dialogue et l’attention mutuelle. Il s’agit notamment d’aller vers l’autre afin de mieux le connaître et trouver avec lui le type de relation harmonieuse et amicale pour tous les deux. La relation entre les deux générations nécessite discrétion, tolérance, respect, civisme et solidarité.

 

Article 2 :

Chaque partie du binôme, personne âgée et jeune, adhérant au dispositif, s’engage à remplir une convention d’hébergement, destinée à mettre en place un « code » de bonne conduite (reflet des attentes, et des limites de chacun) ; et garant d’une cohabitation harmonieuse.

Chaque partie du binôme s’engage à respecter ce qui a été convenu entre elles et formalisé par écrit dans la convention.

 

L’association DIGI se charge du suivi des deux parties tout au long de la cohabitation.

Une cotisation sera demandée à l’hébergeur et à l’hébergé lors de la signature de la convention. Celle-ci participe à la dépense financière relative au recensement de l’offre et de la demande, à l’accompagnement du projet de chacun, à l’organisation des rencontres, à la mise en place humaine et contractuelle de la cohabitation et au suivi tout au long de l’année.

 

Article 3 :

La personne accueillante doit mettre un logement décent à la disposition du jeune et en assurer la jouissance paisible. Il doit y faire les réparations nécessaires et éventuellement prévenir son assureur qu’il héberge un jeune.

 

Le jeune s’engage à rendre les services définis dans la convention et à s’acquitter des charges qui lui incombent. Il doit avoir un usage paisible des lieux et ne pas troubler la jouissance de la personne âgée ou du voisinage. Il doit entretenir sa chambre, remplacer, rembourser ou réparer tout bien dégradé. L’hébergement lui est réservé et se limite à lui seul.

Il doit impérativement être en possession d’une assurance habitation « chambre meublée chez l’habitant » et responsabilité civile.

 

Article 4 :

L’association DIGI s’engage à vérifier régulièrement, au moins deux fois par année universitaire ou à la demande de l’une des deux parties, le respect de la présente charte et des engagements souscrits dans la convention.

Afin de faciliter le travail de l’association, les parties s’engagent à répondre aux points de suivis (téléphoniques ou par courriels).

 

Article 5 :

En cas de mésentente entre les deux parties le représentant de l’association DIGI tiendra le rôle de médiateur : il vérifiera le respect de la charte et des accords conclus entre les parties et tentera de trouver  une solution à l’amiable.

 

Article 6 :

En cas d’actes graves ou d’échec de la médiation, l’adhérent sera exclu du dispositif après avoir été préalablement entendu, en raison du non respect des engagements pris et il y aura rupture des modalités d’hébergement.

 

Article 7 :

En cas de force majeure, si la personne âgée n’est plus en mesure d’accueillir le jeune (hospitalisation de longue durée, accueil en établissement d’hébergement, déménagement…), le CROUS partenaire de l’Association s’engage à rechercher un logement pour le jeune, dans le cadre de sa réserve de chambres.